A l’occasion de la rentrée des classes, il y a quelques jours, je discutais avec une amie qui se plaignait du poids du cartable de sa fille. Toujours sur la brèche des nouvelles technologies, je lui parlais de l’éventualité que l’Education Nationale fournisse un jour les livres sur CD-Rom, voir carrément sur une clef USB, ce qui permettrait d’y ajouter facilement du contenu, mais aussi de sauvegarder directement les cours saisis en classe sur un ordinateur.

Je ne pensais pas être aussi clairvoyant (ou aussi peu au fait de l’actualité diront les mauvaises langues), car quelques jours plus tard je tombais sur cet article du Monde. Le département des Alpes-Maritimes, apparemment précurseur dans l’utilisation des nouvelles technologies, fournit donc depuis le début de l’année scolaire des clef USB 512Mo aux élèves de 6ème afin que chacun d’entre eux puisse emporter ses cours partout où il va, tout en allégeant son cartable. J’aime l’idée d’un élève se rendant en cours sans cartable, les mains dans les poches, serrant dans le creux de sa main une petite clef capable de contenir la totalité de sa vie scolaire. Bon, il va sans dire que cela pose d’autres problèmes:

  • cela ne s’applique pour l’instant qu’aux cours et exercices faits en classe, difficile de fournir les versions numériques des livres avec les problèmes de droits d’auteur que cela implique…
  • quid des familles non-équipées ? D’après les études menées par le département des Alpes-Maritimes, 80% des foyers le seraient déjà, et sur les 20% restant, un certain nombre n’en aurait tout simplement pas vu la nécessité jusque là. Quand aux foyers qui n’ont vraiment pas les moyens d’investir dans du matériel informatique, le département envisagerait des aides. Bonne initiative!

Reste malgré tout à compléter les équipements à l’école, car pour l’instant la moyenne dans les Alpes-Maritimes serait d’un ordinateur pour 9 élèves, ce qui est trop peu et pourtant probablement l’un des meilleurs taux de France.

Et le petit truc qui risque de fâcher certains élèves:

Le conseil général va poursuivre l’expérimentation d’ »espaces numériques de travail » permettant aux élèves de quatre collèges de disposer d’un cartable virtuel personnel favorisant le travail collectif, simplifiant la vie scolaire et facilitant les relations avec les familles avec la mise en ligne du cahier de textes et la gestion des absences.

Ouch! Il n’était déjà pas aisé pour un élève de subtiliser les courriers en provenance de l’école pour falsifier la signature de ses parents lorsqu’il séchait les cours, mais si maintenant il doit être capable de hacker le serveur de l’école pour effacer ses absences avant que ses parents ne les consultent… (pour peu qu’eux aussi soient à la pointe de la techno et consultent les absences via un flux RSS, c’est mission impossible!).

#hardware — #  #

2 commentaires

Mox Folder dit :

En tout cas il semble clairement que la clef usb ait remplacée la bonne vieille disquette … sinon dans la droite ligne d’une digitale way of life, à quoi bon se faire chier à avoir des livres sur clef usb quand on pourrait y accéder par Internet ?

Fabien dit :

La disquette avait bien remplacé le marbre et le burin à son époque… ;o)

Pour l’accès via Internet, j’y ai bien pensé, évidemment, mais tu exclus les personnes qui ne peuvent pas avoir accès au haut-débit (voir au débit tout court)… et il y en a!

Ajouter un commentaire

Return button