Dans son projet See something or say something, Eric Fischer s’amuse à tracer des cartographies des continents et des plus grandes villes du monde en marquant d’un point rouge les images Flickr et d’un point bleu les tweets géolocalisés. Le rendu est magnifique.

Où l’on se rend compte que l’Europe est plus Flickr que Twitter, que la côte Ouest des US se différencie de la côte Est et que Central Park est plus sujet à la réalisation de photos alors que les rues de Manhattan sont, elles, plutôt sujettes aux babillages sur Twitter.

Via: this isn’t happiness

Un commentaire

[...] vous souvenez d’Eric Fischer, déjà responsable du magnifique projet See something or say something, où il cartographiait les plus grandes villes du monde à l’aide des informations de [...]

Ajouter un commentaire

Return button